Err

  •  
  • Services
  • Contactez-nous
  •  

Montmartre est mort ce jour-là par Claude-Catherine RAGACHE

(Code: Montmartre)

Article complet
Ajouter au Panier
Montmartre est mort ce jour-là par Claude-Catherine RAGACHE

"Montmartre est mort ce jour-là..."

par Claude-Catherine RAGACHE

2 août 1914

Comme chaque samedi soir d'été dans le vieux Montmartre, places et ruelles sont très animées. Pourtant, dans les groupes qui se sont formés aux terrasses des cafés, les discussions sont plus sérieuses qu'à l'habitude. Quelques heures plus tôt, les cloches de Saint-Pierre de Montmartre ont sonné le tocsin,comme celles de toutes les églises de la capitale, pour apprendre aux Parisiens que l'ordre de mobilisation venait d'être affiché. Alors, dans les mansardes ou maisonnettes qui les abritent, de nombreux peintres et poètes ont exhumé à la hâte leur livret militaire qui dormait au fond d'une malle ou d'un tiroir, et rassemblé dans une musette quelques vêtements et objets divers. Puis, avant de partir rejoindre le dépôt de leur régiment, ils sont allés retrouver les amis pour un au revoir, qui hélas serait pour certains d'entre eux un adieu... Place du Tertre, le sculpteur Maurice Drouard entonne une vibrante Marseillaise, reprise en choeur par ses voisins. Il ignore qu'il ne reverra plus son cher quartier : au petit matin, il rejoindra pour un aller sans retour le 236e régiment d'infanterie...

"C'est le 2 août 1914 que notre Montmartre est mort", écrira plus tard Roland Dorgelès, en se souvenant avec nostalgie de sa jeunesse sur la Butte.

"Le tocsin de guerre résonna à Montmartre comme dans un village de l'Est"...


L'article complet est maintenant disponible au format PDF