Err

  •  
  • Services
  • Contactez-nous
  •  

L'oeil vert de la radio - L'agrégation d'Histoire, le CAPES et les concours

(Code: oeil_vert_radio_critique)
Ajouter au Panier
L'oeil vert de la radio - L'agrégation d'Histoire, le CAPES et les concours
  • L'oeil vert de la radio - L'agrégation d'Histoire, le CAPES et les concours
  • L'oeil vert de la radio - L'agrégation d'Histoire, le CAPES et les concours
  • L'oeil vert de la radio - L'agrégation d'Histoire, le CAPES et les concours

L’œil vert de la Radio

L’agrégation d’Histoire, le CAPES et les concours…

Sur le site internet des Clionautes, fort bien fait et passionnant, qui recense et analyse de nombreux ouvrages d’Histoire, Bruno Modica vient de consacrer une note de lecture à «L’œil vert de la radio». Et il l’a fait à l’intention des candidats au prochain concours de l’agrégation d’histoire dont une question porte sur «Culture, médias et pouvoirs, aux Etats-Unis et en Europe de 1945 à 1991».

En effet, après avoir lu récemment L’œil vert de la radio Bruno Modica, président de l’Association des Clionautes, a écrit: «J’ai immédiatement pensé à l’intérêt que cet ouvrage pouvait présenter pour donner un peu de vie en complément de publications bien austères, sur la question des concours en histoire contemporaine pour les agrégations d’histoire et de géographie, l’agrégation interne et le Capes » car «dans cet ouvrage qui se lit avec une incontestable jubilation (…) on retrouve les éléments de ce que l’on pourrait appeler la culture matérielle dans laquelle l’auteur de ces lignes, et quelques autres ont baigné leur enfance.(…) Il ne faut pas y voir simplement de la nostalgie, même si l’on a le droit de la cultiver, mais simplement l’intérêt de retrouver de nombreuses références.» Bruno Modica ajoute que «L’œil vert de la radio, avant que le petit écran ne s’impose, constituait incontestablement l’ouverture au monde privilégiée, même si la presse écrite restait la référence. (…) Le poste de radio servait de support aux discussions familiales (…) ce qui signifiait que l’on commentait les informations politiques, nationales, sportives et même internationales.»

Et Bruno Modica précise que «Le choix qui est fait de présenter cet ouvrage, sous l’angle de la radio, sur la Cliothèque, est le point de départ d’une réflexion qui sera poursuivie sur Clio Prépas, dans la mesure où cela s’inscrit clairement dans une réflexion que l’on peut avoir dans le cadre du concours.(…) Au-delà d’ailleurs du concours, on peut lire cet ouvrage avec beaucoup d’intérêt, d’une part en raison de la qualité de son écriture et de cette sensation douce-amère que l’on peut avoir du temps qui passe.» Enfin Bruno Modica conclut sa note sur le temps présent où «L’instantanéité au détour d’un clic de souris, la surabondance des écrans, la dispersion de l’information sous toutes ses formes, ont pu constituer une mutation culturelle majeure. Et la perception que l’on peut en avoir en ressort forcément enrichie par ce regard dans le rétroviseur.»

Rappelons que dans L’œil vert de la radio on trouve aussi des passages sur l’arrivée progressive de la télévision dans les cafés, les lieux publics puis dans les familles, de la radio chez les routiers, et dans le dernier chapitre de l’irruption des postes à transistors et avec eux des musiques anglaises ou américaines au début des années soixante. Un moyen ludique de préparer les concours…

https://www.clionautes.org